Vitesse sans précipitation - Aurélie Duphil
     
Vitesse sans précipitation
Prendre le temps

Plusieurs fois par an, je suis amenée à faire le même long et monotone trajet : 1104 km à travers la France, en voiture, en empruntant toujours les mêmes routes entre la Gironde et le Rhône.

Afin de rompre la monotonie de ces 14 à 15h d’inactivité relative, j'ai commencé à consigner ce trajet par photos.

Prendre des repères, découvrir les régions traversées depuis le tracé de l’autoroute, mais aussi prendre le temps de s’émerveiller devant ce paysage qui défile à toute allure.

Capturer ces instants, ces paysages fugaces, c’est aussi à chaque fois une prouesse technique et beaucoup de « chance ». Il faut s’affranchir des vibrations et de la vitesse du véhicule, s’affranchir des reflets, et essayer d’éviter les arbres et autres panneaux de signalisation en premier plan. Et si jamais j'ai raté mon sujet, et bien il faudra attendre le prochain trajet !

Des milliers de clichés et très peu d’élus !

C’est aussi beaucoup de temps passé derrière l’écran à trier et sélectionner les photos les moins ratées, essayer d’en tirer le meilleur, mais quel bonheur lorsqu’une photo dégage une émotion !

Le temps de la sérénité

J'ai sélectionné des clichés qui me remplissent de sérénité.

Une grande place est faite au ciel. C’est à la fois une contrainte technique et un choix : les nuages sont fascinants. Ils ne se préoccupent de rien, ni de l’espace, ni du temps. Leurs variétés de formes et de couleurs, leur capacité à transformer la lumière et un paysage pourrait être le sujet d’une vie entière.
Les arbres aussi sont importants, ils sont enracinés dans leur espace et leur temps… des repères stables dans cette vie à grande vitesse.

Quelques clichés, à pleine vitesse, mais sans précipitation.

Les chiffres au 31/08/18
Série : [1104]
Début de consignation : 10/02/18
Nombre total de clichés sur la série : 2709
Kilomètres parcourus : 8832 km
Vitesse de prise de vue : 50 à 130 km/h – 1/640 à 1/2500 sec
Top